Mouches Tenkara ou Kebari Fly

Bonjour à vous,

je ne sais pas si comme moi, vous vous intéressez à la technique de pêche au Tenkara, j’avoue que j’hésite encore à franchir le cap, pourtant ça me titille de plus en plus. Cette pêche me fascine, par son faible encombrement, la rapidité de la mise en place du matériel et de la légèreté de la canne.

Sachant que chez nous dans les alpes, les profils de rivières ne manquent pas pour pratiquer de la sorte, c’est un vaste sujet, il va falloir que je fasse quelques recherches et que j’approfondisse cette technique.

Donc à ce propos, ce week-end pour me changer un peu des montages de mouches classiques, je me suis mis à l’étau et tenter quelques montages de ces mouches japonaises ou disons plutôt Kebari fly.

J’ai monté ces mouches Kebari, en utilisant des plumes de faisan, de sarcelle, de perdrix, herl de paon, chevreuil et dubbing de lièvre.

Par contre si l’un de vous pratique cette pêche, n’hésitez pas à commenter, à me donner des infos sur vos expériences, vos montages, je suis preneur.

Merci d’avance !

Une petite vidéo pour vous donner un aperçu de cette technique de pêche ancestrale japonaise.

8 réflexions sur “Mouches Tenkara ou Kebari Fly

  1. Jacques Tom

    Ah je vois que je t ‘ai mis sur une envie de montage Kebari

    Faut que je teste les miennes faites hier du coup, un jour cette saison avec mon fouet.

    J’aime

    1. Salut Jacky,
      c’est en forgeant que l’on devient forgeron, longtemps j’ai pensé à cette technique, sans jamais vouloir approfondir ou faire quelques montages. Lors de nos échanges sur Wattaapp, je t’ai dis que je ferais un article à ce sujet, voilà qui est fait. Il me reste à me mettre à la technique, ce n’est pas encore gagné mais je vais démarrer et te tester ses mouches avec un fouet. Merci à toi 😉

      J’aime

  2. marcel Guittat

    Bonjour Léo,
    Gamin, je pêchais à la « volante » sur la rivière Allier.
    Un grand scion en bambou de 3 m environ, de la soie naturelle, du fil nylon avec 3 ou 4 hameçons eschés de petit morceau de lard ou de grosse fourmies des bois.
    À cette époque, j’avais entre 9 et 10 ans, que le temps passe vite…
    Nous prenions des ablettes et par moments un gros chevesne venait casser la ligne.
    En péchant de cette façon, j’avais un sentiment de liberté que l’adulte que je suis devenu n’est pas près d’oublier.
    À j’oubliais, cette pêche se pratiquait depuis la rive ou dans l’eau jusqu’aux cuisses sur une veine d’eau rapide.
    Merci de m’avoir fait revivre ces bons moments, ou le matin à 4 h, je partais la canne sur l’épaule et après une marche de 10 km (pont Boutiron pour ceux qui connaissent) je passais une superbe journée. Le soir mon père venait me chercher après sa journée de travail.
    Encore merci Léo !
    La bise
    Marcel.

    J’aime

    1. Bonjour Marcel,
      très heureux de t’avoir permis de raviver ses bons souvenirs, j’ai moi même vécu de bons moments à la pêche en étant jeune, avec mon père, mon oncle mon mentor pour la pêche de la truite. Je me souviens également que de temps à autres, mon oncle pêchait à la volée et pour tout dire, je n’était pas intéressé , mais les années passent et à nos âges, les souvenirs reviennent et c’est tout à ma joie.
      Pour ce qui concerne le Tenkara, nous ne connaissions pas ce nom et il y a une trentaine d’années, lorsque je livrais les boulangers dans le Vercors,je voyais souvent un gars pratiquer de la sorte, en périodes d’ouverture sur la Hte Bourne. Alors, je stoppais mon camion en bord de route et je prenais plaisir à le regarder faire, sans pour autant me donner l’envie de mettre à cette technique de pêche, trop amoureux de la pêche à la mouche que l’on connait. Il à quelques années en arrière, j’ai pu discuter sur un salon mouche avec un guide pyrénéen qui pratique de la sorte,durant cette discussion, il m’a donner l’envie et lorsque je suis rentré à la maison, cela m’étais passé. Voila pourquoi cet article aujourd’hui, suite à un nouvel échange par messagerie interposée avec mon pote Jacky T, qui me demandais si je montais des mouches Kibari et c’est comme ça que m’est venue l’idée d’en faire quelques montages.
      Merci à toi pour ton commentaire, cela me permet d’avoir de bons retours.
      La bise
      Léo

      J’aime

  3. Bonsoir Léo,
    Si ça te titille, n’hésites pas une seconde !
    Mon meilleur ami a adopté le tenkara depuis plusieurs années et, pour l’avoir souvent regardé pêcher, c’est une technique que je trouve fabuleuse.
    C’est une pêche d’instinct, très technique, et très « dynamique ».
    On peut passer de la sèche à la nymphe et vice-versa avec le même matériel et force est de constater que lorsque nous pêchons entre copains, il fait toujours « bouger » beaucoup plus de poissons que chacun d’entre nous.
    La raison en est simple : un pêcheur qui a un peu de bouteille au tenkara aura beaucoup plus de faciliter à présenter de façon très naturelle ses artificielles. D’autre part, il s’affranchit beaucoup mieux des dragages parce qu’il est plus facile de maîtriser ses dérives.
    Enfin, la tenue d’un poisson avec une canne au tenkara est quelque chose de complètement bluffant par les sensations que cela procure.
    Seule petite ombre au tableau : la fragilité des cannes, ce qui n’est pas étonnant quand on connait le poids dérisoire des cannes au tenkara.
    À bientôt,
    Pierre

    J’aime

    1. Bonjour Pierrot, j’ai eu exactement la même impression que toi en regardant pêcher un collègue, nous étions trois, deux à la mouche et lui au tenkara et je me suis régalé à le voir pêcher. Alternant la sèche et la nymphe, il prenait des truites à chaque fois.Dans mes recherches sur le net, j’ai vu que les cannes étaient fragiles, mais vu la taille du scion,le fait de ne pas avoir de moulinet pour récupérer le fil, je pense que c’est une des causes principales de casse. Je te remercie pour ton message, de ton analyse de cette pêche et cela m’apporte un complément d’informations. Je vais voir avec mon collègue et tester cette pêche au cours de cette saison. A bientôt ! LÉO

      J’aime

  4. bobo bécasse

    salut moi j’ai essayé avec un sushi au bout, ça marche pas…:)

    Plus sérieusement j’ai croisé un gars avec qui j’ai partagé un bout de rivière sur 2 heures est c’est top en terme de fluidité, comme dit plus haut la canne est pour moi trop fragile et j’aurais peur de la casser à tous les coups et cela fait vraiment nouille (ce n’est que mon avis perso bien sûr) du coup sur les petits cours d’eau je me suis fait un hybride j’ai pris ma canne au nymphe au fil et j’ai mis une sèche, les puristes diront que ce n’est pas du tenkara mais je m’éclate comme ça…

    J’aime

    1. Salut Stéphane,
      un sushi ne suffit pas, il m’en faut plus (lol)…
      Merci pour ton retour d’expérience, en effet puriste ou pas, je compte moi aussi me servir d’une canne à mouche, très parabolique et à mon avis elle fera le même travail et sera plus robuste qu’une canne Tenkara. Quoiqu’il en soit, c’est à peu prés le même principe que lorsque l’on pêche avec un Tabanas.
      Ce que l’on fera, nous n’aurons qu’à tester lors d’une session avec cet équipement histoire de voir ce que cela peut apporter en qualité et confort de pêche.
      Bises !

      J’aime

Les commentaires sont fermés.