Mouches de début de saison (Les Baetis)

Bonjour à vous,

on se rapproche de l’ouverture, March Brown et Baetis seront de la partie, alors même si on le répète chaque année, veillez à ne pas les oublier, un petit rappel ne fait pas de mal.

Je conserve une affection particulière à ce montage réalisé avec ailes, et je garde en souvenir un début de saison ou sur une très grande rivière, ces mouches, m’ont permis de prendre quelques grosses truites notamment celle-ci entre autres plus grosses et perdues à cause d’un hameçon trop fin de fer, que les truites ont transformées en cure dent.

Matériaux utiliser pour ce montage :

Hameçon : 214 BL n°16 – Corps : herl de Eagle naturel ou olive – Cerques : fibres de plume de coq pardo ou Limousin – Thorax : dubbing de lièvre olive ou beige – Aile : deux pointes de hackle crème – Sac alaire : une plume de cul de canard , olive, grise ou naturelle –Tête : Fil de montage – Fil de montage : Veevus 12/0 olive

Étape de montage :

  1. après avoir fixé l’hameçon dans les mors de l’étau, prélever 2 ou 3 fibres d’un hackle de coq, pardo ou autres pour les cerques.
  2. Fixez ces fibres de coq au dessus de la courbure, régler la longueur.
  3. Prélevez un herl de Eagle ou de substitut de condor et le positionner au dessus de la courbure, remonter le fil de montage au niveau du thorax.
  4. Procéder à l’enroulement du herl jusqu’au niveau du thorax, bloquer de deux tours et fixer une plume de cdc par la pointe, qui vous servira à réaliser le sac alaire. 
  5. Ensuite préparez deux petites plumes de hackle, que vous allez fixer à 5 mm de l’œillet et dirigées vers l’avant, elles serviront pour faire les ailes.
  6. Ramener le fil de montage au niveau du cdc et préparer un dubbing de lièvre, puis former le thorax en enroulant le dubbing vers l’avant.
  7. Une fois fait, rabattre la plume de cdc par dessus le dubbing, en le faisant passer entre les ailes, que vous aurez pris soin d’écarter et d’incliner vers l’arrière, puis bloquer avec le fil de montage.
  8. Formez la tête avec le fil de montage par quelques demies clés ou un wipfinih, couper l’excédent de fil et vernir la tête.

FICHE DE MONTAGE A TELECHARGER : Baetis mouche de début de saison

 

Nous avons été débutants à la mouche

Bonjour à tous,

lorsque je fais le bilan de mes années de pêche à la mouche, je me dis que le chemin parcouru depuis 40 années de pêche à la mouche, ne s’est pas fait en un coup de cuillère à pot. Je me souviens toujours de l’époque ou j’ai commencé et que moi-même j’ai aussi commis beaucoup d’erreurs dans cette technique assez complexe pour un néophyte. Comme toute discipline, il faut un apprentissage, certains progressent rapidement, d’autres un peu moins et que je sache, nous ne sommes pas nés avec une canne à mouche dans les mains et que Paris ne s’est pas fait en un jour.

Amis lecteurs de ce blog, je vous encourage à persévérer dans la technique, ne lâchez rien et si je peux à travers cet article contribuer à poursuivre notre passion, voici à nouveau quelques petits conseils qui me viennent à l’esprit et que j’estime être essentiels, hormis le fait de connaitre la gestuelle.

Premier point, le bas de ligne, qui me paraît être un élément essentiel et sans lequel vous ne pourrez pas lancer poser votre mouche correctement. Ce sont des questions qui me sont encore posées, à savoir , la longueur, le diamètre de la pointe et si on peut pêcher toute une saison avec le même bas de ligne, questions que je me suis sans aucun doute posées à mes débuts et qui de nos jours est encore un vaste sujet pour un néophyte. En ce qui me concerne, je modifie souvent mon bas de ligne et même plusieurs fois au cours d’une même session, selon le profil de la rivière et face aux divers spots rencontrés. Il se peut par exemple qu’un mauvais lancer ou un mauvais posé soit la cause de beaucoup de déboires, comme par exemple un vent très fort ou tout simplement parce que l’on vient d’attacher une grosse mouche avec ou sans ailes sur une pointe fine. Cela aura pour effet de vriller la pointe et causera beaucoup d’énervement, ce n’est pas ce que l’on recherche au bord de l’eau. Alors pour rester zen, il faut être logique et apporter un peu d’attention à ce bas de ligne qui pourrait ne pas convenir à la pêche du moment ou vous convenir tout simplement. N’hésitez pas à raccourcir celui-ci, soit en réduisant les sections de quelques centimètres, pour obtenir un bas de ligne optimal, ou si vous ne le faites pas dans sa totalité, raccourcir au moins la pointe et l’avant pointé. Pour que ce soit plus aisé d’apporter des modifications rapides de mes bas de ligne, je fais une micro-boucle sur le brin de 16,18 ou 20 /100 ème.  Il va de soi qu’il est également possible de pouvoir allonger plus ou moins la longueur de la pointe ou de modifier les sections de ce bas de ligne si les conditions sont contraires. L’objectif est d’avant tout, d’obtenir un bas de ligne équilibré, afin de vous permettre des bons posés et de bonnes dérives.

Second point, je l’ai sans doute déjà écrit, mais une piqûre de rappel ne fait pas de mal. J’en vois souvent entrer dans l’eau à grandes enjambées et souvent très bruyante, causant de grandes vagues. Alors autant dire que la zone de pêche ainsi foulée, alertera tous les poissons du secteur, ne soyez pas surpris après ça, qu’il n’y a plus de poisson en poste, car vous serez le seul responsable de cette désertification. Je suppose que vous n’entrez pas dans une église en pleine messe avec une fanfare derrière votre dos. Quoique ? à l’heure actuelle plus rien ne me surprenne et que tout est possible, mais bon nous ne sommes pas à la messe, mais à la pêche et donc pourquoi feriez-vous ça dans une rivière, à méditer ….

Troisième point, adaptez le diamètre de votre fil à la taille de votre mouche et ne commettez pas l’erreur de nouer un petit cdc n°20 sur une pointe en 18/ 100e, tout comme de nouer une grosse March Brown sur un 10 centièmes. Deux raisons à cela, d’une part vous risquez de mettre en alerte une truite serait intéressée par votre petit cdc et elle aurait vite fait de déceler la supercherie et de faire un refus et pour la seconde raison, de nouer une grosse mouche sur une pointe fine, cela aura pour effet de faire vriller le fil nylon. Dans les deux cas, vous risquez de vous énerver et de perdre votre temps à tout refaire au bord de l’eau, sachez éviter ses petits désagréments qui parfois pourrissent une partie de pêche.

Quatrième point, une autre question que se posent les débutants et là encore il est évident qu’une seule mouche ne fera pas pour toute la saison. Il faut avoir dans vos boîtes un petit panel de quelques mouches sèches ou de nymphes pour vous permettre de traverser la saison, sans être confrontés à des refus fréquents de truites ou d’ombres commun à cause d’un manque de modèle. Soyez attentifs à ce qui dérive ce sur l’eau, c’est ce qui vous donnera une indication de couleur et de taille de l’insecte qui vient d’éclore et de nous permettre ainsi créer de nouvelles imitations se rapprochant de l’insecte aperçu.

Cinquième point, lorsque vous apercevez des gobages, il n’est pas nécessaire de s’acharner par d’innombrables lancers  à vouloir absolument prendre une truite qui vient de prendre un insecte à la surface de l’eau. Ne vous précipitez pas, prenez le temps de mémoriser la fréquence à laquelle cette truite monte gober. Le fait de vouloir absolument lui poser la mouche dans son champ de vision, qu’il peut se passer l’effet inverse et aura pour conséquence de caler cette truite, qui vient tout juste de se mettre à table et plus vous insisterez et plus vos chances s’amenuiseront, laissez la se remettre en confiance et en attendant chercher un autre poisson actif et revenir plus tard pour retenter de nouveau cette truite.

Sixième et dernier point, la pêche en wading qui peut comporter un risque potentiel de noyade et on oublie souvent que ce type d’accident peut arriver. Si on sous-estime la profondeur d’un cours d’eau, soit à cause d’une glissade ou tout simplement à cause de la force du courant. Surtout, lorsque nous sommes tentés d’aller prendre une truite qui gobe placée dans un endroit inaccessible ou au beau milieu d’une grande rivière en pensant qu’elle sera plus grosse que celle qui gobe à 10 mètres de nos pieds.

A ce propos, je me souviens d’une anecdote qui m’a fait prendre conscience de ce risque éventuel, puis bien réel pour moi ce jour-là. C’était sur la haute Isère, je prenais quelques truites pas très loin de moi et dans l’euphorie des gobages, je ne m’étais pas aperçu que je me suis retrouvé dans le lit majeur de la rivière. Lorsque quand j’ai réalisé que le courant commencé à m’emporter, une peur panique m’a pris. J’ai tenté, tant bien que mal à regagner la berge, mais les graviers se dérobaient sous mes pieds et que le courant me poussait de plus en plus vers le large, j’ai réussi à regagner la berge dans un terrible effort, j’avoue que ce fût la peur de ma vie, alors un conseil …

Soyez prudent !

Socle universel Damfly pour étau de montage

Bonjour à tous,

vendredi dernier 30 Août , j’ai reçu mon socle universel Dam’fly pour étau de montage, un grand merci à Damien pour la rapidité d’expédition.

Un socle de très bonne qualité d’usinage, il est lourd et ce qui ne gâche rien, c’est un pur produit Français et de surcroît usiné dans notre région en Isère, dans la  plaine de Bièvre ou se situe l’entreprise et quand un produit est de bonne facture, il faut le faire savoir.

Dimensions : 180mm*150mm*20mm – Poids : 1176 gr – Matière : aluminium + acier brunis – 4 pieds antidérapants sous le socle – Douille de réduction Ø10mm et en cas de diamètre de la tige supérieur ou inférieur, la société fait la douille au diamètre souhaité,c’est à vous de le préciser lors de la commande.

S’en est fini du serrage de la pince de mon étau sur une table ou sur mon bureau, au risque de serrer trop fort ou d’abimer la table, ce problème est enfin réglé. Désormais, je vais pouvoir l’utiliser de partout, comme par exemple lors de mes déplacements en vacances dans mon camping car ou sur ma table de jardin.

La société Dam’Fly Fishing propose également des outils adaptés à notre demande, tel que le socle universel, des outils  pour les demies clés, des aiguilles à dubbing , tasse poil de cervidé , twister, étau etc…

Site internet :Dam’fly Fishing